Jeudi 15 septembre 2016 à 19h

Les derniers jours de Moïse - Armand ABECASSIS

Présentation du dernier livre d’Armand Abécassis, paru chez Flammarion en 2015. Moïse sait qu’il va mourir. Dans quelques heures, sur le mont Nébo, le Prophète qui a libéré les Hébreux de leur esclavage devra remettre son âme à Dieu. Il ne verra même pas la Terre de Canaan vers laquelle il les a guidés depuis quarante ans. Et pourtant il mérite d’y entrer ! Plus que tout le peuple, plus que tous les Prophètes, plus que tous les Sages, plus que tous les prêtres. Sa mort imminente apparaît alors comme triplement injuste : comment pourrait-elle le frapper lui, l’être exceptionnel, oser le faire disparaître en dehors de la Terre promise, et dans la solitude ? À l’ange de la mort qui se présente devant lui, Moïse s’écrie : « Écarte-toi de moi. Il n’est pas question de te remettre mon âme ! » Dans un ultime face-à-face avec Dieu, Moïse va ainsi refuser la mort et se livrer à une discussion passionnée pour faire valoir son droit à l’immortalité. A-t-il réussi ? Nul ne connaît sa tombe aujourd’hui. On sait seulement qu’il a disparu sur le mont Nébo, dans le pays de Moab, en face de Jéricho. Mais qui l’a accompagné ? Qui a creusé sa tombe pour son dernier sommeil ? Qui a recouvert son cercueil de terre ? Qui a procédé à l’oraison funèbre ? Qui a fait les dernières prières ? Est-il réellement mort ? Est-il monté au Ciel ? Et, si c’est le cas, a-t-il ensuite ressuscité ? Les histoires rapportées ici sont toutes extraites du Midrash. Depuis l’époque du Talmud, les rabbins ont imaginé les nombreux dialogues que Moïse aurait entretenus avec Dieu avant de mourir, en les reliant aux questions humaines fondamentales. Étonnamment modernes, ils font partie intégrante de la tradition juive.

a.abecassis
Armand Abécassis est professeur émérite de philosophie de l’Université de Bordeaux,
directeur du Centre des Etudes juives, spécialiste de pensée juive et président de l’Institut Rachi.

*Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

 

Jeudi 3 novembre 2016 à 19h

« La découverte des Juifs d’Afrique du nord dans les carnets de Delacroix » Nicolas FEUILLIE

Cycle “carnet de voyage” en partenariat avec la médiathèque du Grand Troyes

Le voyage au Maroc d’Eugène Delacroix en 1832 marqua un tournant dans l’oeuvre de l’artiste. Grâce à ses notes, croquis et aquarelles, on découvre son périple et l’impression profonde que lui causa la rencontre avec le pays, sa lumière et ses couleurs. La société juive marocaine, qu’il put pénétrer par l’entremise du
drogman de l’ambassade, lui fut en particulier une grande source d’étonnement, et lui inspira quelques-uns de ses chefs d’oeuvres.

nicolas feuilliNicolas Feuillie est commissaire d’exposition au Musée d’Art et
d’Histoire du Judaïsme

 

*Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

 

Jeudi 2 février 2017 à 19h

Maïmonide et la nostalgie de la sagesse -Géraldine Roux

Présentation du livre de Géraldine Roux, présentant la vie et l’oeuvre de Maïmonide,
publié en janvier 2017 aux éditions du Seuil, dans la collection Point Sagesse.
Ha-RavMosheh ben Maïmon, connu sous son acronyme RAMBAM et sous la forme
latinisée de son nom, Maïmonide, est né à Cordoue, en Andalousie, en 1138 et mort à Fostat, en Egypte, en 1204. Rabbin, philosophe, astronome, savant et médecin, il est une des plus grandes figures du Moyen-âge. Si Maïmonide a été un brillant médecin, aussi bien à la cour de Saladin que dans la communauté juive, rédigeant des traités novateurs, sur l’asthme ou les poisons notamment, cet aspect de sa pratique sera abordé à partir de sa pensée philosophique et religieuse : comment maintenir l’équilibre de l’âme et du corps ? Comment la médecine peut-elle guérir l’âme à travers le rééquilibrage des passions du corps, que ce corps soit individuel ou collectif ? Nous naviguerons donc avec lui, de l’Andalousie au Maroc jusqu’en Egypte avec cette boussole qu’est la raison, par laquelle il se donnera pour tâche de
refonder la science de la Torah, en mettant en lumière ses racines pour les replanter dans le terreau de la philosophie. Depuis ce projet de refondation, ce sont les « lumières » maïmonidiennes que nous tenterons de dessiner.

Géraldine ROUX est docteur et enseignante en philosophie, spécialiste de philosophie médiévale,
chercheur associé au Laboratoire d’Etudes des Monothéismes du CNRS et directrice de l’Institut Rachi.

 

*Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

 

Mercredi 15 mars 2017 à 19h

Voyages talmudiques - Marc-Alain OUAKNIN

Cycle “carnet de voyage” en partenariat avec la médiathèque du Grand Troyes

Marc-Alain OuakninMarc-Alain Ouaknin est docteur en philosophie, rabbin,
producteur de l’émission Talmudiques sur France Culture.

 

*Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

 

Jeudi 23 mars 2017 à 19h

De la chasse aux sorcières à la Terreur -Jacob ROGOZINSKI

Présentation du livre Ils m’ont haï sans raison. De la chasse aux sorcières à la Terreur, de Jacob Rogozinski, professeur de philosophie à l’Université de Strasbourg, aux éditions du Cerf en 2015. Qu’est-ce que la haine ? Comment cet affect individuel peut-il animer des persécutions collectives ? C’est la logique de la haine, toujours active et menaçante, que ce livre s’efforce de comprendre. Pour cela, Jacob Rogozinski interroge le phénomène de la chasse aux sorcières qui s’est déchaînée de la Renaissance aux Lumières. Il décrit les techniques mises
en oeuvre pour désigner, puis anéantir ses cibles. Il analyse la recherche du « stigmate diabolique », l’aveu d’une « vérité » extorquée sous la torture, la dénonciation d’un « complot des sorciers », la construction de la figure de « Satan » comme ennemi absolu. Les mêmes dispositifs se retrouveront sous d’autres formes, dans d’autres circonstances, de la Terreur jacobine aux procès de Moscou, et sous-tendent encore les récentes « théories du complot ». En étudiant ces expériences historiques, en repérant leurs différences et leurs similitudes, Jacob Rogozinski montre comment l’on passe de l’exclusion à la persécution, comment l’indignation et la révolte des dominés peuvent se changer en haine et se laisser capter par des politiques de persécution. Ses analyses nous éclairent ainsi sur les dispositifs de terreur de notre temps.

Jacob RogozinskiJacob Rogozinski est professeur de philosophie à l’université de
Strasbourg. Il a publié aux Éditions du Cerf « Le moi et la chair »
en 2006, et « Guérir la vie » en 2011.

*Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

 

Jeudi 27 avril 2017 à 19h

Les voyages de Benjamin de Tudèle au
Moyen Âge : réels ou imaginaires ? Juliette SIBON

Cycle “carnet de voyage” en partenariat avec la médiathèque du Grand Troyes

Benjamin de Tudèle, juif de Navarre mort dans les années 1170, est l’auteur du célèbre Livre des Voyages, qui connut beaucoup de succès dès le Moyen Âge. Présenté comme l’authentique relation d’un périple sur les pourtours de la Méditerranée et jusqu’en Chine dans le dernier tiers du XIIe siècle, le texte, tel que l’on peut le percevoir à travers l’étude des plus anciennes versions manuscrites parvenues jusqu’à nous, invite toutefois à s’interroger sur ses finalités, ainsi que sur la véritable nature du voyage auquel Benjamin convia ses lecteurs.

Juliette Sibon est agrégée d’histoire et docteur en histoire médiévale, diplômée de l’Université de Paris X. Maître de conférences d’histoire médiévale à l’Université d’Albi et membre du  Framespa et de JACOV depuis 2007, ses recherches postdoctorales portent sur les relations entre les communautés juives de Méditerranée occidentale – Provence, Catalogne, Baléares, Sardaigne – à partir des sources latines et hébraïques du bas Moyen Âge. Elle dirige la Nouvelle Gallia Judaica.

*Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

 

Jeudi 18 mai 2017 à 19h

Figures féminines d’exception :
110 femmes juives qui ont marqué la France - XIXe et XXe siècles Michèle BITTON

En partenariat avec le CIDFF* de l’Aube
*Centre d’Information sur le Droit des Femmes et de la Famille

affichePrésentation du livre 110 femmes juives qui ont marqué la France – XIXe et XXe siècles par Michèle Bitton, publié aux éditions Normant en 2014.
Ce recueil réunit les itinéraires de cent-dix femmes juives en France, des XIXe et XXe siècles, aujourd’hui disparues et dont le nom est resté associé à une oeuvre. Qu’elles aient agi dans le domaine artistique, politique ou social, qu’elles aient résisté ou subi le malheureux destin des martyres de la Shoah ; qu’elles soient célèbres ou peu connues, toutes ont en commun d’avoir été désignées comme juives par elles-mêmes ou par les autres. Il s’agit là d’un critère sociologique, d’une reconnaissance sociale, et non d’une définition religieuse d’appartenance au judaïsme.
Elles illustrent le versant féminin le plus visible de l’histoire moderne des juifs en France, une histoire où la part des femmes en général est encore peu étudiée. Les femmes dont sont retracés les parcours ont eu des conditions de vie et d’intégration souvent exceptionnelles. Elles ont contribué au rayonnement de la France dans le monde. Leurs talents et leurs luttes les désignent pour être des représentantes du judaïsme français au féminin.

*Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles